Monument Valley

Nous voilà à Monument Valley, à la frontière entre l’Utah et l’Arizona, en plein territoire navajo.

Et c’est aussi le pays des cow boys et des indiens de notre enfance, popularisé grâce aux westerns de John Ford, qui fut le 1er réalisateur en 1939 à y tourner des films (Stagecoach La Chevauchée Fantastique), avec l’incontournable John Wayne).

Monument Valley en a accueilli énormément d’autres depuis, comme Billy the Kid, My Darling ClementineLa Poursuite Infernale), ou Thelma et Louise.*

Et effectivement on se croirait en plein western, les paysages nous sont familiers. On ne serait pas surpris d’y voir galoper des cowboys, débouler une tribu d’indiens ou entendre la cavalerie !

On circule sur une piste caillouto- sablonneuse, au milieu des impressionnantes formations rocheuses.

Elles ont des petits noms, comme la butte de Cly, du nom d’un chef navajo enterré là avec toutes ses possessions (bétail,  cheval, etc…), ou les buttes de Mitchell et de Merrick, 2 soldats tués pour avoir tenté de faire du commerce dans un lieu sacré.

À noter le Totem Pole que seules 3 personnes ont pu escalader jusqu’au sommet, dont Clint Eastwood !

Mais Monument Valley, ce n’est pas que du cinéma, et on ne peut pas faire l’impasse sur les habitants de ces lieux depuis plusieurs centaines d’années. Nous sommes en terre navajo, qui accueille environ 300 familles dont quelques uns vivent encore de façon traditionnelle, sans eau ni électricité, nous a dit une guide navajo du parc suivant.

Le territoire navajo est très vaste, à cheval sur 4 états (Utah, Arizona, Nouveau Mexique et Colorado). C’est la plus importante réserve (que je n’aime pas ce mot !) amérindienne, et, pour donner une idée, elle représente environ un dixième de la population des Etats-Unis, ce qui n’est pas une quantité négligeable !

Le panneau du Visitor Center de Monument Valley le confirme, avec quelques informations macro-économiques parfois dramatiques (même si elles datent un peu), sur les conditions de vie largement misérables de ces natifs américains.

Depuis 1929, les Navajos élisent une Assemblée représentative , dont les pouvoirs et l’autonomie ont été renforcés par une loi fédérale dans les années 50. Ce sont maintenant eux qui organisent et gèrent leurs propres tribunaux, dont ils nomment les juges, qui intègrent la culture et les traditions navajos dans leurs jugements.

Deux touristes européens en territoire navajo

Ils vivent principalement de l’élevage, de l’agriculture et du tourisme (artisanat). Ils sont également employés dans les industries énergétiques (pétrole, gaz), qui leur apportent des revenus réguliers.

Et bien entendu, l’industrie du cinéma a également fait appel à eux, devant ou derrière la caméra, mais dans une moindre mesure.

Et laissons le mot de la fin au Duke, my favorite :

*A propos de Thelma et Louise, j’ai oublié de préciser dans mon article précédent sur Canyonlands, que la scène finale, censée se passer au Grand Canyon dans le scénario, a en fait été tournée dans le Dead Horse State Park, où nous étions pour le coucher du soleil.

5 Replies to “Monument Valley”

  1. Hé bien avoir su…je l’aurai acheté le coffret DVD de ton héros !
    Mais encore plus séduisant , je ne savais pas que Clint avait été à ce point sportif !
    Les couleurs…ouf ! Que c’est beau ! Et toujours ce ciel d’un bleu arrogant !
    J’espère que vous avez acheté des bijoux en turquoise, faute de stetson et/ou de bottes en peau de serpent à sonnettes et/ou de poncho navajo…
    Avez-vous au moins pris un petit bout de caillou et/ou du sable ?
    Merci !!!

    J'aime

    1. oui j’ai acheté quelques objets navajos, mais pas de sable ou de cailloux, on laisse l’endroit comme on l’a trouvé 🙂
      Et très franchement, John Wayne est loin d’être mon préféré ! Mais c’est une légende…

      J'aime

  2. C’est Alain son cow-boy préféré !
    pas de photo de villages indiens, de chevaux ? Est-ce parce qu’on ne dirait pas que c’est un village indien ?

    J'aime

    1. On visite le site de monument Valley où il n’y a pas d’habitation. Les habitants sont éparpillés autour dans des cahutes et ça n’a rien de photogénique, c’est même triste à voir.

      J'aime

  3. D’autres films, français, y ont été tournés :
    – Canyon Apache, par Morris & Goscinny
    – Le spectre aux balles d’or (& la mine de l’Allemand perdu) par Charlier

    à moins que ce ne soient pas des films ?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s