Stockholm (2), le musée Vasa

Mercredi 27 juin

On a consacré la journée à la visite du musée Vasa, sur l’île de Djurgarden. On prend le bateau pour se rendre sur l’île, plus sympa que le métro…

Alain prend la photo… qu’est ce qui l’intéresse le plus ? La ville ou… ses habitantes…?

Le musée Vasa présente un navire de guerre du 17ème siècle – le Vasa – qui a fait mieux que le Titanic : parvenu dans la baie de Stockholm, 20 mn et 1300 mètres après son départ, un vent un peu plus fort dans les voiles déployées l’a fait rouler d’un côté, puis sombrer !!

Et on a réussi à le renflouer 333 ans plus tard en 1961 après 5 ans de travaux.

Il est extrêmement bien conservé car les eaux de la Baltique sont faiblement salines, et saumâtres, c’est à dire que les organismes qui habituellement mangent le bois n’y survivent pas. En plus, il était tout neuf quand même…

Il a été construit très vite, en 2 ans (1626 à 1628) car le roi Gustav Vasa, en guerre contre son cousin (ou son frère je sais plus) le roi de Pologne était très pressé. Et il a voulu le bateau de guerre le plus puissant de l’époque, avec 2 rangées de canons l’une sur l’autre et 4 étages au lieu de 3 habituellement.
Le roi se trouvait en Pologne au moment du naufrage, et attendait avec impatience son beau navire. Mais il était très craint, et personne n’osait lui dire ce qui s’était passé.

Mais l’ingénieur en chef est mort au milieu de la construction. On attribue aujourd’hui le naufrage à un manque de coordination entre tous les corps de métiers, un manque de profondeur de la quille par rapport à la hauteur du bateau et des mats, et du poids des canons, qui étaient pourtant restés bien arrimés.

Il ne reste que 3 canons sur les 64 que contenait le navire. Ces canons représentaient une somme si importante qu’ils ont réussi à les récupérer 30 ans après le naufrage et les ont revendus

Le bateau était conçu pour accueillir 400 personnes : environ 150 marins, officiers, et le reste de soldats qui s’entassaient et vivaient dans des espaces très réduits près des canons .

Comme c’est la coutume, ce voyage inaugural accueillait les familles des marins pour un petit bout de trajet, jusqu’à un port un peu plus loin où les soldats attendaient d’être embarqués. Il y avait donc un peu moins de 200 personnes à bord.

On a retrouvé une vingtaine de squelettes, sur la trentaine de morts lors du naufrage, aussi bien conservés que le bateau pour les mêmes raisons, pour le bonheur des archéologues qui ont pu retracer beaucoup d’éléments de la vie au 17ème siècle. Ils sont exposés dans des vitrines près du bateau, et on leur a donné des noms et reconstitué ce qu’on a pu comprendre de leur histoire. C’est un peu émouvant.

Pendant 17 ans 24 h/24, le bateau renfloué a été aspergé d’eau additionnée d’un composant chimique qui a petit à petit remplacé l’eau et consolidé le bois. Le bateau pesait 700 tonnes au fond de l’eau, il en pèse 900 aujourd’hui en raison de tous les adjuvants absorbés par le bois. Toutes ses pièces sont d’origine à 98 % (hormis les cordages, quelques parties de mats et quelques statues) !

Le résultat est impressionnant. Le bateau a juste perdu ses couleurs, car le roi l’avait voulu clinquant, symbole de son pouvoir et le choix a été fait de ne pas les reproduire pour qu’on puisse distinguer ce qui a été reconstruit (le bois est plus clair).

Maquette reconstituée avec les couleurs d’origine

Il est richement décoré avec plus de 700 sculptures symbolisant le pouvoir, la gloire et la royauté.

Après le naufrage, les mats dépassaient encore de l’eau vu qu’il avait coulé tout droit. Le roi ordonna de les couper, car ça faisait vraiment mauvais effet…

Ce musée est une vraie merveille : on peut voir le navire sous toutes les coutures avec les trois étages construits tout autour en mezzanines et l’histoire des marins et du bateau est très bien reconstituée et documentée.

A suivre la visite d’un bateau-phare et d’un brise-glace au rebus, ancrés derrière le Vasa.

3 Replies to “Stockholm (2), le musée Vasa”

  1. Je suis tout à fait d'accord avec les explications sur le naufrage.Il faut ajouter que l'on avait oublier de fermer les écoutilles des canons situés sous la ligne de flottaison. Mais c'est accessoire.L

    J'aime

  2. Précision : le roi avait commandé 4 navires en tout, 2 grands dont le Vasa, et 2 plus petits. Le 2nd grand a quand même été construit et aurait navigué plusieurs dizaines d'années. Je suppose qu'ils avaient dû modifier 2 ou 3 petites choses…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s